La formule pour réaliser tous vos rêves 10x plus vite que tout le monde

1% better every day - DailyMax #131

Nous avons reçu plus de 5000 rêves sur Timeleft.com depuis son lancement en avril 2020. Cela fait 15 nouveaux rêves soumis tous les jours, depuis 365 jours. Évidemment, il y a de tout, du très original “Escalader une grue” au populaire “Visiter le Japon” en passant par le très ambitieux “Faire Paris - Brest - Paris en vélo (1200km)”.

En parallèle, j’ai coaché une centaine de personnes depuis 2 ans grâce à ma méthode #AlloMax. Cette méthode permet d’accomplir tous vos rêves sans aucune motivation. Pourquoi sans motivation ? Car la motivation sert à commencer, mais pas à terminer. Et malheureusement, nous sommes une grande majorité à vouloir miser dessus pour nous emmener où l’on souhaite aller.

Tout cela pour dire, que “accomplir ses rêves” est devenu mon expertise, et comme toutes compétences (ou muscles) qui se respectent, si tu passes des milliers d’heures, tu commences à comprendre comment ça marche. Aujourd’hui, je suis fier de vous présenter ma formule pour réaliser tous vos rêves 10x plus vite que tout le monde.

booker une session "découverte" AlloMax



Comment ça marche ?

Pour comprendre cette formule, rassurez-vous le niveau école primaire suffit. Il s’agit d’une série d’éléments à multiplier entre eux. Chaque élément peut être neutre (égal 1), négatif (inférieur à 1) ou positif (supérieur à 1) et influencer complètement le résultat.

Voici 3 exemples pour aider à comprendre.

Dans le premier cas, tout les éléments sont “neutre”, donc le résultat reste égal à 1. Dans le deuxième cas, nous avons introduit 2 variables “négatives”, ce qui entraine une chute rapide du résultat (-84%). Dans le troisième cas, malgré une variable négative, nous avons une vitesse accéléré de +56% grâce aux 2 variables “positives”.

Vous l’aurez compris, pour accélérer sa vitesse de réalisation de ses rêves, l’idée est d’avoir plusieurs variables “supérieures à 1”. Si vous ne travaillez pas consciemment chaque variable, alors vous mettrez X mois ou X années pour atteindre votre rêve. Mais à chaque fois que vous allez améliorer une variable, vous allez augmenter votre vitesse de réalisation par x2, x5 voir x10 !

Maintenant que c’est clair pour vous, je vais détailler comment fonctionne chaque variable en prenant le rêve que j’ai réalisé avec cette méthode “faire un combat de boxe amateur en 7 mois” et prendre en contre exemple mon ami imaginaire “Roger” (private joke entre amis) que j’aime imaginer comme Ragnar le Breton.


MESURABLE

Si vous ne pouvez pas le mesurer, alors vous ne pourrez pas l’atteindre. Avoir un rêve qui n’est pas mesurable, c’est comme chercher une ville dans un pays inconnu sans GPS. Il se peut que vous tombiez dessus par hasard, mais vous serez sûrement épuisé bien avant d’y arriver.

“Mesurable” permet deux choses fondamentales : savoir que vous êtes en train de réussir (ou pas) et pouvoir dire un jour “ok je l’ai fait”. Prenons l’exemple de notre ami Roger, qui rêve de “devenir plus sportif” et “apprendre à boxer”. Comment saura-t’il qu’il est en train d’avancer dans la bonne direction ? Roger ne se lèvera pas un matin en se disant “allez aujourd’hui, je vais devenir plus sportif” ou “ce matin, c’est décidé j’apprends à boxer!”

En revanche, si on prend mon cas, ce fût tout de suite clair, précis et mesurable. Quand je me suis fixé le challenge d’apprendre à boxer pour vaincre ma peur de me battre, mon coach m’a dit qu’environ 150 heures de pratique était nécessaire pour espérer faire un premier combat amateur. Un volume horaire que la majorité met 12 mois à atteindre au rythme de 3 heures par semaine. Mon rêve n’était donc pas de “vaincre ma peur de me battre” ou “apprendre à boxer” mais de “monter sur un ring de boxe pour un combat amateur en moins d’un an”.

De manière générale, tous les rêves ou challenges qui comportent l’adjectif “plus” ou “moins” sont d’avance voués à la dérive. Cette étape est donc la base de la base. Prendre quelques minutes pour rendre vos rêves mesurables vous permettra d’y voir plus clair, d’établir une roadmap précise pour y arriver et surtout d’avoir un indicateur de performance à suivre pour savoir si vous allez dans le bon sens (ou pas).

Le but maintenant est de savoir transformer votre “envie non mesurable” en “rêve mesurable”. Pour cela, il vous suffit de réfléchir à ce que fait la personne que vous souhaitez devenir ou trouver des comportements associés facile à mettre en place.

Un autre point important à prendre en considération, lorsque vous partez à la conquête de vos rêves, est la nécessité de “commencer petit” pour éviter l’inaction. “Rêver grand”, c’est bien. “Commencez maintenant”, c’est mieux. (la promesse de Timeleft.com)

Par exemple, si vous rêvez de “mieux dormir la nuit” (rêve non mesurable), je vous recommande de trouver les différentes étapes intermédiaires ou comportements associés possibles comme “diner une heure plus tot pendant 2 semaines” ou “installer des rideaux occultants” ou encore “mettre mon iPhone en mode avant à 21h00”. Ces rêves “intermédiaires” auront un impact sur votre rêve principal et vous mettrons dans une bonne dynamique car “facile à faire” et “mesurable”.

Si vous souhaitez escalader une montagne, ca commence forcement par mettre un pied devant l’autre. Je le vois dans les personnes que j’accompagne, ils passent beaucoup trop de temps à simplement observer le haut de la montagne au lieu de se concentrer à faire le premier pas !

TIPS :

  • Que pouvez-vous faire demain pour faire un premier pas vers votre objectif ?

  • Si on se revoit dans 6 mois, comment saurez-vous que vous avez progressé vers votre objectif ?

  • Sera-t’il possible de “cocher” votre rêve lorsque vous l’aurez accompli ? Si oui, sur quel indicateur vous baserez vous ?


TEMPS

Cette variable est la plus évidente à comprendre car c’est purement mathématique. D’un coté, nous avons Roger et son heure par semaine à apprendre à boxer et de l’autre coté, vous avez moi et mon 1 heure par jour du lundi au samedi. Au bout de 5 mois, Roger cumulera 20 heures d’entrainement, soit le même volume que moi à la fin de ma 3ème semaine.

Lorsque je suis monté sur le ring au bout de 7 mois, j’avais environ 150 heures d’entrainement au compteur. Il faudra à Roger 38 mois pour arriver à la même chose, soit plus de 3 ans.

Cette variable est simple à comprendre. Plus vous allez pouvoir consacrer d’heures à votre rêve, plus vous allez l’accomplir rapidement. Mais attention, il faut justement commencer par vous poser la question du temps que vous allez pouvoir lui allouer pour ensuite définir votre objectif et non l’inverse.

Si vous ne lisez jamais, alors commencer par 10min chaque matin semble une marche “accessible”, soit environ 15 pages par jour, soit un livre de 400 pages tous les mois. La majorité des personnes que j’accompagne font l’erreur de partir dans l’autre sens. Ils se fixent arbitrairement “lire 1 livre tous les 10 jours” (40 pages / jour). Tout est possible dans la vie, mais ils se rendent vite compte qu’ils ne sont pas prêt à y consacrer 30 minutes tous les matins, du lundi au dimanche.

Pour le dire avec d’autres mots, il vous faut trouver un juste milieu avec un volume horaire “le plus grand possible que vous pouvez tenir le plus longtemps”. De mon expérience, il se peut que vous deviez revoir vos ambitions à la baisse au début et il ne faut pas voir cela comme une défaite. Bien au contraire. Ce qu’on cherche ici, c’est le succès et mettre son ego de coté au début, est souvent un gros avantage.

TIPS :

  • Le meilleur outil pour s’assurer que vous donnerez les heures prévues à votre rêve est de les mettre dans votre google agenda. Mettez tous vos entrainements à l’avance dans votre planning ou vos 20min de lecture le matin.

  • Il n’existe que deux moyens d’augmenter le nombre d’heures attribuées à votre rêve : augmenter votre productivité pour “libérer du temps” ou re-prioriser vos 16 heures éveillées par jour. Quoi qu’il arrive, vous aurez toujours 24 heures par jour à disposition

  • Analyser où “part votre temps”. Généralement, votre smartphone et la télévision sont deux bons endroits où creuser. Je vous conseille vivement d’aller faire un tour dans “temps d’écran” sur votre iPhone, vous allez être surpris de tout le temps que vous allez pouvoir “récupérer”

  • N’oubliez jamais la règle ultime : Quoi qu’il arrive, vous aurez toujours 24 heures par jour à disposition, donc le problème ne peut pas être “j’ai pas le temps”. Soit vous êtes mal organisé, soit vous n’arrivez pas à prioriser.


ENERGIE

Le deuxième élément concerne l’énergie que vous allez donner à ces heures. Si vous arrivez à chaque début d’entrainement en étant fatigué ou sur les rotules à cause de votre boulot, il y a peu de chance que vous profitiez pleinement du temps à disposition. Et c’est donc la double peine !

Roger travaille dur, il faut de “longues heures” au bureau (parce que ça fait bien de rester tard), il ne mange pas correctement et surtout il n’arrive pas à dormir 8 heures par jour. Résultat, Roger tire sur la corde en permanence. Pour être honnête, ce fut mon cas pendant toutes mes années d’entrepreneuriat à Paris comme un hamster dans sa petite roue.

Roger s’entraine donc à 60/70% à chaque fois, avec un risque de blessure plus important. Roger a aussi du mal à se concentrer quand il se met à lire (donc il lit moins vite) et surtout, il retient moins ce qu’il lit, car son cerveau n’est pas “nettoyé” correctement.

Imaginez que votre cerveau est comme votre maison, il a besoin d’un ménage régulier (le sommeil). Si vous rangez votre maison 3 heures tous les samedis, alors tout se passe bien. Si vous commencez à “zapper” le rangement, et que vous n’y attribuez plus qu’une heure par exemple, alors chaque semaine, la poussière s’entasse de plus en plus, rendant le ménage de plus en plus difficile semaine après semaine.

De mon coté, j’ai la chance de pouvoir consacrer 6 heures par jour à m’occuper de mes 6 niveaux énergétiques. Mon niveau d’énergie est au plus haut. Je bouge tous les jours, je mange 100% plant-based dont des aliments pour littéralement “nourrir mon cerveau” (voir le livre “Brain Food” sur le sujet) et je dors 8 heures tous les soirs. Quand je commence mon entrainement, je suis à 100% focus et à 100% de mes capacités.

Conclusion : si vous sentez que votre énergie est en chute libre, arrêtez vos challenges et prenez soin de vous comme un break de 3 ou 4 jours sans sport et avec une bonne nuit de sommeil. Cela peut vous sembler contre-productif sur le court-terme, mais je vous assure que y gagnerez sur le long terme.

A noter : une chute de votre énergétique entraine obligatoirement une chute de votre concentration (cf point suivant)

TIPS :

  • Bien Bouger > L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de marcher 10.000 pas tous les jours, soit 7,5 kilomètres. Franchement, c’est ambitieux. En revanche, faire 10min de bodytraining ou de corde à sauter, c’est dans vos cordes (petit jeu de mots). La bonne nouvelle est : plus vous allez bouger, plus vous aurez d’énergie, plus vous avez d’énergie, plus vous pouvez bouger, etc. Vous n’imaginez à quel point l’énergie physique est un “muscle” qui s’améliore rapidement.

  • Bien Manger > Le livre sur la nutrition qui a changé ma vie est “How Not To Die” de Michael Greger. Si vous ne voulez pas lire les 600 pages, laissez moi vous le résumer en une seule phrase : essayer une alimentation 100% plant-based sur 30 jours. La preuve en image

  • Bien Dormir > Le livre sur le sommeil “Pourquoi nous dormons” de Matthew Walker a changé (lui aussi) complètement ma façon d’aborder mes nuits. Vous avez besoin au minimum de 7 heures de sommeil par nuit. Si ce n’est pas encore le cas, commencez à vous challenger à rester dans le lit, dans le noir, à “essayer de dormir” au moins 8 heures par nuit. Si vous ne dormez que 6 heures, alors vous êtes à 75% de l’objectif, c’est un bon début!


FOCUS

Nous vivons une époque où la concentration (focus) est en train de devenir un super-pouvoir. La technologie joue contre nous et il y a peu de chance que nous remportions la guerre. On passe en moyenne 3 heures par jour sur nos téléphones, soit 45 jours complet par an les yeux rivés sur un écran. On consulte nos emails plusieurs fois par heure. C’est même souvent la premiere chose que l’on fait au réveil.

Dans son livre “La civilisation du poisson rouge”, Bruno Patino explique : “Le poisson rouge tourne dans son bocal. Il semble redécouvrir le monde à chaque tour. Les ingénieurs de Google ont réussi à calculer la durée maximale de son attention : 8 secondes. Ces mêmes ingénieurs ont évalué la durée d’attention de la génération des millenials, celle qui a grandi avec les écrans connectés : 9 secondes. Nous sommes devenus des poissons rouges, enfermés dans le bocal de nos écrans, soumis au manège de nos alertes et de nos messages instantanés.”

Il y a néanmoins une lueur d’espoir car, tout comme l’énergie, la concentration est un “muscle” que l’on peut travailler. Il existe de nombreux exercices ou méthodes pour travailler sa concentration. La méthode numéro 1 pour augmenter sa concentration est une bonne nuit de sommeil. Si vous voulez avoir les idées plus claires, vous devez bien dormir. Si vous voulez avoir une meilleure mémoire, vous devez bien dormir.

Nous avons des pics et chutes naturelles de notre concentration (cf graph). On a tous vécu cette longue réunion juste après le déjeuner, où notre corps tout entier était en mode digestion et il nous était impossible de rester concentré. Apprenez à jouer avec ces rythmes naturels en plaçant vos challenges au bon moment dans vos journées.

TIPS :

  • La méditation est un excellent exercice pour aider votre concentration. L’idéal est 30min par jour, mais n’hésitez pas à commencer par 5 minutes par jour. À chaque fois que vous allez ramener votre attention sur votre respiration, vous allez travailler votre concentration.

  • Désactiver TOUTES vos notifications sur votre téléphone. C’est le basic n°1 de la productivité. Ce n’est pas à votre téléphone de vous dire toutes les 30sec “hey hey regarde moi, hey hey arrête ce que tu es en train de faire” (voir mon système pour reprendre le contrôle de son téléphone)

  • Checkez vos emails que 2 ou 3 fois par jour maximum. Cela vous semble peut être impossible (car vous les checker toutes les 5 minutes), mais je vous assure, qu’avec une bonne organisation, c’est possible ! Je l’ai fait.

  • Limitez le multi-tasking autant que possible. On est souvent convaincu que gérer plein de sujets en même temps est productif, mais pas du tout. Vous abimez votre concentration et vous épuisez votre cerveau.

  • Essayer le “Deep Work” (voir le livre du même nom).


SAVOIR

Paradoxalement, plus nous avons d’informations à notre disposition et moins nous faisons l’effort pour aller chercher celle dont nous avons besoin. Grâce à Internet, nous avons accès à tout ce qu’il faut pour être dans les meilleures conditions pour réaliser nos rêves. Tous ce savoir est gratuit et souvent de qualité, profitez en !

Il y a de grandes chances que, quelque part, quelqu’un a déjà accompli ce que vous souhaitez réaliser. Cette personne a peut être documenté son aventure sur Youtube ou écrit un article sur son blog qui relate les erreurs qu’il/elle a fait (et que vous pourrez donc éviter).

Parler avec quelqu’un qui l’a déjà fait est encore mieux car cela permet de ce rendre compte que c’est possible et d’avoir un retour d’expérience pour définir les prochaines étapes.

Si vous ne savez pas comment trouver une personne. qui a déjà réalisé votre rêve, rassurez vous, on a lancé justement Timeleft.com pour vous permettre de parler aux bonnes personnes. Voici quelques exemples :

Plus vous aurez de “savoir”, moins vous ferez d’erreurs, plus vous irez vite pour accomplir votre rêve

TIPS :

  • Faire l’effort d’aller faire une recherche sur Google et Youtube avant de vous lancer.

  • Prendre le temps de regarder des tutoriels et de prendre des cafés avec ceux qui l’ont déjà fait

  • Parlez de vos rêves sur vos réseaux sociaux. Si vous n’en parlez à personne, alors personne vous aidera. Si vous en parlez à tout le monde, alors le monde vous aidera.


COACHING

Je vais prêcher pour ma paroisse, mais avoir un coach est sûrement la variable la plus efficace de la formule pour accélérer. Certes c’est (souvent) un budget, mais ca vaut le coup !

Comme pour tout, il y a des bons et des mauvais coachs et il y a des des coachs qui savent de quoi ils parlent et des coachs qui pensent savoir de quoi ils parlent. Il est crucial que vous ayez confiance dans le coach que vous choisissez, car il peut facilement vous emmener dans la mauvaise direction.

La base pour bien choisir son coach est tout simplement de s’assurer qu’il a déjà réalisé ce que vous souhaitez accomplir. Cela semble évident, mais je “récupère” souvent des clients qui ont fait les frais d’un mauvais choix, qui semblait pourtant évident…

Si vous souhaitez accomplir un ironman, prenez un coach qui a plusieurs ironmans à son actif. Si vous souhaitez doper le chiffre d’affaire de votre startup, prenez un coach qui a connu un succès avec sa précédente société. Si vous souhaitez avoir une alimentation équilibrée, prenez un nutritionniste qui représente votre vision de “équilibré”. Un bon coach vous aider à mettre en place les différents étapes pour y arriver, il fera aussi office de “motivation externe” et il adaptera votre système en fonction de votre vitesse.

Personnellement, j’ai eu de nombreux coachs qui m’ont accompagné depuis 5 ans, dans l’apprentissage du LEAN management avec Regis Medina à la réalisation d’un ironman avec Nicolas Bigot en passant par mon combat de boxe amateur avec Ahmed Ferradji.

Autre exemple plus récent, j’ai découvert l’AcroYoga la semaine dernière pour la première fois et j’ai adoré (voir la vidéo). Sauf que je suis entouré de gens au niveau “avancé”. Ils ont eu la gentillesse de me montrer quelques mouvements, mais je passe la grande partie du temps à les regarder. J’ai donc trouvé une coach ici à Sayulita, Soen, membre du cirque du soleil, et pris 1h par jour pendant 10 jours pour commencer (première session en vidéo). Avec les 2 heures par semaine en cours collectif, cela peut me faire 20 heures d’un coup en 30 jours.

TIPS :

  • Le coach que vous allez choisir doit avoir réussi (au moins une fois) ce que vous chercher à réussir

  • Challenger votre coach sur une performance “objective”. Si vous souhaitez perdre du gras, fixer un objectif de bodyfat à atteindre sous 4 semaines par exemple et faites un premier bilan qui définira si vous continuez à bosser ensemble. Si il/elle est mal à l’aise avec cette idée, c’est souvent mauvais signe.

  • Personnellement je ne pense pas que la “certification” soit gage de qualité. Il se peut que le “coach” dont vous avez besoin ne soit pas “officiellement” un coach et ce n’est pas grave. L’important est qu’il/elle vous aider à devenir la personne que vous souhaitez devenir ! Dans la légalité et sans blessure, évidemment!


www.allomax.fr